Le Sommeil

les maux du XXIème


Faire la lumière sur notre activité nocturne

Le rôle de notre cerveau pendant la nuit reste encore mystérieux, mais il est pourtant déterminant pour notre santé : nous passons près d’un tiers de notre vie à dormir.
Mémoire, apprentissage et métabolisme… même si beaucoup d’hypothèses doivent encore être confirmées, il est parfaitement établi que le sommeil est crucial pour de nombreuses fonctions biologiques.
La fréquence des troubles du sommeil a augmenté ces dernières décennies, touchant un nombre croissant de la population, et interroge l’évolution à venir de notre état de santé.
Le sommeil correspond à une baisse de l’état de conscience qui sépare deux périodes d’éveil. Il est caractérisé par une perte de la vigilance, une diminution du tonus musculaire et une conservation partielle de la perception sensitive.

sommeilles maux du XXIème

Lent, profond, paradoxal, les visages du sommeil sont multiples

Schématiquement, le sommeil correspond à une succession de 3 à 6 cycles successifs, de 60 à 120 minutes chacun. Un cycle est lui-même constitué d’une alternance de sommeil lent et de sommeil paradoxal.
Le sommeil lent porte ce nom car il est caractérisé par des ondes lentes.
Il comporte lui-même plusieurs stades : après une phase de transition (N1) de quelques minutes, séparant la veille et le sommeil, la phase de sommeil léger (N2) s’installe. Elle est suivie par une phase de sommeil progressivement plus profond (N3) qui dure plusieurs dizaines de minutes.

Pendant cette période, l’ E C G montre la présence d’ondes de grande amplitude et de faible fréquence. L’imagerie fonctionnelle indique une consommation en oxygène réduite et donc un métabolisme cérébral ralenti.
Le tonus musculaire est lui aussi diminué, mais encore partiellement présent, pouvant expliquer les épisodes de somnambulisme (voir plus loin).

Le sommeil paradoxal correspond à une période durant laquelle l’activité cérébrale est proche de celle de la phase d’éveil. Il est aussi appelé période REM (Rapid Eye Movement), en raison de fréquents mouvements oculaires rapides (sous les paupières fermées).

A l’inverse, le tonus musculaire est totalement absent durant cette phase, en dehors de quelques mouvements des extrémités. Parallèlement, la pression artérielle et le rythme respiratoire connaissent de fréquentes fluctuations.
Le sommeil paradoxal est propice aux rêves : il regroupe les rêves les plus intenses et ceux dont on peut garder le souvenir une fois éveillé.

sommeil paradoxal-éveil

Le rythme de sommeil n’est jamais figé

Le rythme de sommeil varie en premier lieu au cours d’une même nuit : schématiquement, les premiers cycles sont essentiellement constitués de sommeil lent profond, tandis que la fin de nuit fait la part belle au sommeil paradoxal.
Le sommeil varie également au cours de la vie : le sommeil lent est plus profond durant la croissance jusqu’à l’âge de 20 ans environ.

A mesure que l’on vieillit, le sommeil lent devient plus léger, expliquant l’augmentation des troubles du sommeil avec l’avancée en âge. Parallèlement, le sommeil paradoxal est plus long dans les premières années de vie et se réduit à l’âge adulte. L’environnement, l’hygiène et le rythme de vie jouent un rôle sur la capacité à dormir et à bien récupérer lors d’une nuit de sommeil.

La génétique aiderait quant à elle à différencier les lève-tôt des couche-tard, les gros, des petits dormeurs.
La durée du sommeil profond serait relativement constante, tandis que celles du sommeil léger et du sommeil paradoxal varieraient.

L’endormissement : un phénomène complexe

Le sommeil ne survient pas qu’en raison d’un état de fatigue. L’hygiène de vie, la consommation de substances (alcool, café, drogues…), l’environnement immédiat (lumière, bruit…) peuvent influencer la capacité d’un individu à s’endormir.
La phase d’endormissement nécessite plusieurs acteurs :
Processus homéostasiques, qui accroissent le besoin du sommeil à mesure que la période de veille se prolonge.
Processus circadiens, qui visent à synchroniser l’organisme et le sommeil sur l’alternance jour-nuit, rythmicité proche de 24 heures.

Publié par Club Life System

Biorésonance & Biofeedback Technologie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :